logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/11/2014

UN ECRIVAIN, PAROLIER ET CHANTEUR DU COTENTIN.

 

 

ALFRED ROSSEL

 

852352782

 

alfred_rossel_03

 

Alfred Rossel est à Cherbourg le 6 mars 1841, il y décédera le 17 décembre 1926.

- Chansonnier patoisant normand, il est le premier auteur dialectal du Cotentin. Il a connu une grande popularité, ses spectacles attirant un nombre impressionnant de personnes. 

normandie,cherbourg,chansonnier,alfred rossel,patois normand,chants du cotentin,la hague.

 C.A. Le sémaphore, Isigny- sur-mer." les moules d'Isigny". 

normandie,cherbourg,chansonnier,alfred rossel,patois normand,chants du cotentin,la hague.

 C.A. Le port d'Isigny. "Chanson d'Alfred Rossel."

mxMksrRgBlDi3GI5RW8dLJA

alfred_rossel_002

 

 C.A.Recueils de chants d'Alfred Rossel

SU LA ME ALFRED ROSSEL

 

- Ses textes sont écrits en langue normande du Cotentin ou Contantinais, de la région de Cherbourg ou de la Hague où se mêlent le parlé et le chanté.

C'est souvent dans une diligence allant de Barfleur à Cherbourg qu'Alfred Rossel trouve l'inspiration de ses chansons. Leur succès fut foudroyant. Beaucoup de Normands connaissent la plus célèbre d'entre elles, Sû la mé, considérée dans le Cotentin comme une sorte d'<< hymne national >>.

Charles Gohel, son interprète fétiche, l'accompagna pendant plus de cinquante ans.

normandie,cherbourg,chansonnier,alfred rossel,patois normand,chants du cotentin,la hague.

C.A.Le groupe folklorique cherbourgois "Alfred Rossel"

img036

C.A. Une rencontre en Cotentin.

 

On doit également à Alfred Rossel d'avoir inspiré à Louis Beuve vers 1890 sa vocation de poète d'expression normande, grâce à la popularité de ses chansons dans la région de Cherbourg.

Edmond-Marie Poullain fut membre du comité, promoteur, et un apôtre zélé de l'édition de oeuvres d'Alfred Rossel, ouvrage pour lequel il réalisa deux eaux-fortes.

Ses chansons ont connu plusieurs éditions, dont la plus récente est due à André Dupont, chansons normandes, Coutances, OCEP, 1974. L'association Magène a également enregistré << Su la mé >>, la chanson la plus célèbre de cet auteur, dans son CD << Magène en concert >> en 2001.

La société régionale normande Alfred Rossel perpétue la mémoire et le nom du chansonnier.

 Source: Wikipédia,  Archives de la Manche.

Cartes Anciennes: Collection Privée.

 

 

 

23/11/2014

UN POETE NORMAND (2)

UN POÈTE NORMAND

CÔTIS - CAPEL

 

 

arton178

Côtis - Capel, de son vrai nom Albert Lohier, né à Urville-Hague le 22 janvier 1915, mort à Cherbourg le 30 octobre 1986 est, un prêtre, un marin pêcheur et un poète de la Manche utilisant le parler dialectal de la Hague.

 

Natif d'une famille de pêcheurs, il annonce très jeune sa volonté d'être prêtre. Il sera nommé vicaire au Roule en 1942, après avoir suivi ses études au séminaire et accompli son service militaire. Il met en place à Cherbourg, un foyer destiné à accueillir les requis obligés de travailler sur le mur de l'Atlantique. Après la guerre, il relance la Jeunesse Ouvrière Chrétienne(JOC) à Cherbourg et dans tout le département.

A la fin des années 40, est créée la Mission de France, un organisme de l'Eglise de France qui envoie les prêtres au travail. Avec la mission de la mer, Albert Lohier s'embarque sur un chalutier comme membre d'équipage jusqu'en 1960. Lorsque l'église met fin à l'expérience des prêtres-ouvriers, il entre comme employé dans une coopérative de matériel de pêche où il travaille jusqu'à l'âge de la retraite.

 

Albert_Lohier_

Albert Lohier dit Côtis-Capel sur le chalutier Mimi Charlot.

220px-École_primaire_Côtis-Capel_Beaumont_Hague

École primaire "Cotis-Capel" à Beaumont -Hague

CLT Vidéo "la mé"

En 1971, il adhère à la section de Cherbourg du Parti Socialiste : il est alors le seul prêtre du diocèse membre du PS. Il est très actif durant les campagnes électorales , mais refuse d'entrer dans la municipalité de Cherbourg. Il est en désaccord avec sa section sur la question du nucléaire et restera jusqu'à sa mort un farouche opposant à l'usine de retraitement de déchets nucléaires de la Hague.

 

les-cotis-poemes-en-normand-de-cotis-capel-975827130_ML

normandie,manche,urville-hague,cherbourg,jeunesse ouvrière chriétienne,prêtres ouvriers,poète,parler normand,côtis-capel.

 

 Deux des  recueils de poèmes écrits

par Costil-Capel.

 

C'est dans les années 1930 qu'Albert Lohier commence à écrire dans sa langue maternelle, le parler normand de la Hague. Dès le début, il écrit sous le pseudonyme de Côtis - Capel, référence à son enfance. Il s'essaye à la prose, mais privilégie rapidement la poésie.

Un premier recueil, Rocâles, paraît en 1951. Son deuxième, A Gravage, publié en 1965, est salué par la critique et le public lui fait un succès. Trois autres recueils de poésies vont suivre. Un court roman sort l'année même de la disparition de l'auteur.

normandie,manche,urville-hague,cherbourg,jeunesse ouvrière chriétienne,prêtres ouvriers,poète,parler normand,côtis-capel.

 Urville-Nacqueville, la vallée du Hubilan.

 

normandie,manche,urville-hague,cherbourg,jeunesse ouvrière chriétienne,prêtres ouvriers,poète,parler normand,côtis-capel.

 Urville-Nacqueville, village ou est né " Cotis-Capel. "

Il est considéré par beaucoup comme le plus grand poète contemporain en normand.

Sous la houlette de Fernand Lechanteur, Côtis - Capel fait partie en 1968 des fondateurs de l'association Parlers et traditions populaires de Normandie, dont la revue du même nom, devenue Le Viquet, publie plusieurs articles de sa plume.

En 1972, il fonde à Cherbourg avec André Louis l'Université populaire normande du Cotentin, destinée à l'enseignement du parler normand et qu'il contribuera à animer jusqu'aux derniers mois de sa vie.

Il est enterré au cimetière d'Urville-Nacqueville.

 Source: Vikimanche

Carrtes Anciennes: Collection privée.

 

18/11/2014

UN POETE NORMAND

 

normandie,poésie,langue normande,fernard lechanteur,gires-ganne

 

UN POÈTE NORMAND  

" FERNAND LECHANTEUR"

 

normandie,poésie,langue normande,fernard lechanteur,gires-ganne

Les professeurs du lycée de Coutances 1951-1952

au 1er rang, 2èmeen partant de la droite, Fernand  Lechanteur

(Photos musée du lycée)

 

LECHANTEUR FERNAND, (1910- 1971) né à Agon, élève puis professeur d'allemand au de 1941 à 1944, engagé dans les Forces Françaises Libres (1944 - 1945), professeur au lycée de 1945 à 1952, devint proviseur du lycée Leverrier de Saint-Lô de 1954 à 1961, puis du lycée Malherbe de Caen de 1961 à 1971.

Professeur agrégé d'allemand en 1939 et ethnologue de réputation internationale, militant de la défense de la langue normande (et de la diversité de ses "parlers" qui l'enrichissent), il coordonne la mise au point de l'hortographe normande.

En 1968, il fonde l'association  "Parlers et traditions populaires de Normandie", dont la revue trimestrielle s'intitule maintenant "Le Viquet".

 

siteinter020-209x300

La revue trimestrielle "Le Viquet"

 

041_001

 

Fernand Lechanteur professeur au lycée en 1949

Personnalité très complète et très complexe dans le secret de sa farouche solitude, Fernand Lechanteur fut incontestablement un de nos très grands poètes normands.

 

pointeagon

 

Un mémorial créé à la pointe d'Agon en 1976 évoque son souvenir.

Il symbolise une embarcation de pierres levées, telles que l'on en remarque encore

 dans les pays scandinaves.

Men Vuus Poumyi par Magène

 

lechanteur2

 

La stèle hommage a, F. Lechanteur;

Écrits entre 1946 et 1952, une dizaine de poèmes seulement ont suffi pour qu'il atteigne le sommet de la littérature dialectale et devienne l'égal des meilleurs : Louis Beuve et Cotis Capel. Très peu de personnes savaient de son vivant que, sous le pseudonyme de GIRES-GANNE, il avait signé quelques-uns des plus purs chefs-d'oeuvre de la langue normande.

Fernand Lechanteur, en vrai normand, était doué d'un extrême sensibilité, d'une douce mélancolie, d'une faculté d'émotion très aiguë, en même temps qu'il envisageait l'avenir avec un certain pessimisme, parce que c'était un homme au coeur profondément humain qui aimait tous les hommes. Tout cela transparaît tout au long de son oeuvre.

 

A quelques jours des fêtes de Noël, découvrez ce petit poème de Fernand Lechanteur.

Voici un extrait de "Nativité" qu'il dédit " Ao P'tit tchuré LEGARD"

<<NATIVITÉ>>

Veisinsn veisinn's, Vuul' s gens, jann's gars,

Halez vos gaumb's d'entre les draps,

Mouortrez la tête à la luquerne

Et d'valez trachi vot'launterne;

Sortez touos dé d'dauns vot'maisoun

Malgré l'heur', malgré la saisoun

Ao noum du bouon Dieu qui vous aime

V' n'ous en do nous à Bethléyème !

 

<<NATIVITÉ>>

Voisins, voisines, vieilles gens, jeunes gens,

Sortez vos jambes d'entre les draps,

Montrez la tête à la lucarne

Et allez chercher votre lanterne;

Sortez tous de votre maison

Malgré l'heure, malgré la saison

Au nom du Bon Dieu qui vous aime

Venez donc avec nous à Bethléem !

 

Ce poète normand par son travail de dialectologique fut déterminant pour l'élaboration

d'une langue normande unifiée.

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique