logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/03/2013

AU SIECLE DERNIER EN COTENTIN

LA VIE D'UN FILS D'OUVRIER AGRICOLE

 

 

 LA  num_risation0041LIBERATION ......                                                                                                                                quarantième chapitre

Ce samedi matin, nous étions tous réveillés. Pour moi la nuit avait été assez bonne, j'avais bien dormi, voulant sans doute profiter de ce dernier sommeil en plein air.

Pour ceux qui n'avaient pas dormi, quelque chose se serait passé pas loin de notre abri. Les canons et les mitrailleuses auraient tiré pendant plusieurs minutes sans interrnum_risation0046uption du côté de Cartigny. Moi je n'ai rien entendu. Un peu plus tard, deux personnes de notre groupe auraient entendu marcher pas loin de notre campement. C'était sans doute quelqu'un qui s'était approché de notre refuge, que faisait il dans cet endroit ? Je ne l'ai jamais su.

Beaucoup plus tard, j'ai appris que le bruit des mitrailleuses venant de Cartigny' était du à un accrochage entre allemands et américains qui s'étaient rencontrés par hasard. Le combat a été violent , en vingt minutes il y a eu plus de deux cent cinquante victimes, américains et allemands confondus.

En cette matiné du dix juin, nous avons quitté notre abri de cette partie boisée pour rentrer à la maison que nous avons retrouvée intacte. Aux alentours nous n'avons vu rien d'anormal, sauf quelques explosions que nous entendions dans le lointain. Sur la route, aucun militaire, nous nous demandions où étaient passés les soldats américains vus la veille. Nous n'arrivions pas à comprendre ce qui se passait.

Le midi, ma mère a invité la famille voisine à notre table. Tout était calme, seul un petit avion est passé au dessus de nos têtes plusieurs fois. Il s'agissait d'un avion d'observation, nous le reverrons très souvent au fil des jours.

La journée a été très calme et nous en avons profité pour regagner notre lit pour une nuit réparatrice.

Entre temps nous avons appris qnum_risation0039ue certains habitants étaient repartis dans la soirée, loin du front craignant une contre attaque allemande venant de la vallée de l'Elle.

Au réveil, aucun changement, en tout début de matinée, nous avons aperçu un groupe de soldats qui montaient la côte. C'étaient des militaires américains qui avaient marché toute la nuit, des plages du débarquement pour rejoindre le front. Ils étaient exténués. Ma mère leur a préparé de l'eau chaude pour qu'ils fassent leurs boissons, en se reposant un certain moment.

Ayant très peu d'hommes aux avants postes, l'armée américaine se trouvait bloquée à la limite de la vallée de l'Elle dans l'attente de renforts. Il est vrai que nous n'avions vu que très peu de blindés passer devant notre maison. Malgré cela, les explosions étaient toujours aussi fortes. Près de notre maison plusieurs vaches ont été tuées par des obus provenant deslignes allemandes.

La journée du dimanche onze juin a été beaucoup plus mouvementée, les forces alliées pilonnant les communes au sud de l'Elle. Les combats pour la traversée de la vallée furent violents, de nombreux soldats furent tués, dont sept officiers. Ce matin là, un obus est tombé dans un fossé où s'étaient réfugiés quatorze civils, huit furent tués plus deux blessés.

A la suite de ces attaques, les américains n'étaient plus qu'à huit kilomètres de Saint Lô.

Dans les prés, aux alentours de notre maison, les américains se sont installés sous les pomminum_risation0040ers, ils ont creusé des trous "les trous d'hommes" où ils s'abritaient. Des pièces d'artillerie étaient installées.

Avec eux, nous avons appris à connaître de nouveaux produits alimentaires : nescafé, chewing gum, cigarettes, rations alimentaires et autres produits inconnus de nous. 

Une chose qui ne passait pas inaperçue, la tenue des soldats alliés qui semblait délabrée vis à vis des soldats allemands qui avaient des uniformes très stricts.

Il nous était très difficile de reconnaître le grade des américains, tous avaient la même tenue.

Peu à peu, la guerre s'éloignait de nous, et nous recommencions une vie presque normale.

                     A suivre. 

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique