logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/06/2012

AU DEBUT DU SIECLE DERNIER EN COTENTIN chapitre 24

 

 

LA VIE D'UN FILS D'OUVRIER AGRICOLE

 

L'OCCUPATION COMMENCE

 

     chapitre 24                                                          

 

Après la signature de l'armistice avec l'Allemagne, le vingt quatre juin 1940, suivie de celle avec l'Italie va commencer l'occupation. Les troupes allemandes s'installaient progressivement dans notre région.

numérisation0054.jpg

Les troupes allemandes dans les rues de Paris

 

Totalement acquis aux occupants, le gouvernement français s'installa à Vichy le premier juillet 1940, la chambre des députés par trois cent quatre vingt dix huit voix contre trois, et le sénat par deux cent trente contre une décidèrent qu'il y avait lieu de réviser les lois constitutionnelles. L'assemblée générale délègua le pouvoir constituant au maréchal Pétain qui prit le titre de "chef de l'Etat Français". Ainsi débuta le régime de Vichy avec l'annonce le trente octobre à la radio de la collaboration avec l'Allemagne.

A cette époque la France était assez divisée concernant la collaboration franco-allemande, dans certains villages les allemands ont été bien accueillis, comme pour la population des villes dans notre région il en a été de même. Les soldats allemands sachant se montrer bienveillants envers la population.

Philippe Pétain, alors âgé de quatre vingt quatre ans, instaura un régime autoritaire avec une politique d'ordre moral. La propagande développant le culte du maréchal Pétain fut très bien admise  dans notre milieu agricole. Il est vrai, que pour beaucoup de français, Pétain restait le merveilleux vainqueur de Verdun, mon père lui même l'admirait ayant l'illusion qu'il allait redonner à la France une nouvelle vie.

numérisation0053.jpg

 Noël 1940,un sapin de la wehrmacht installé sur les côtes de la Manche

 

Malgré cela, une minorité de français ne portaient pas le même regard sur cet état de choses. Dans le milieu des cheminots on sentait une certaine défiance envers ce régime collaborant avec l'occupant allemand. D'ailleurs n'étant pas toujours d'accord avec mon père lorsque je critiquais son maréchal, il me disait "laisse le président de la France faire son travail et va voir tes communistes (les cheminots) qui préfèrent De Gaulle. Pétain a sauvé Verdun..".

Petit à petit les allemands prenaient les commandes de l'Etat, les préfêts non conformes au régime ont été relevés de leurs fonctions et remplacés par les pro-nazis. Beaucoup de maires et même de conseillers municipaux ont été démis de leurs fonctions par les hommes de Vichy.

Dans le milieu rural où nous habitions , ces changements paraissaient moins, beaucoup de politiques étaient acquis au maréchal, pas toujours ouvertement, mais cela éxistait.

numérisation0051.jpg

 Phippe Pétain instaure un régime autoritaire...

 

Dans le milieu ouvrier, les grèves étaient interdites, l'esprit de revendication fortement condamné. La collaboration avec l'occupant était extrème, celle ci ayant été symbolisée par la poignée de main de Pétain à Hitler à Montoire en octobre 1940, le vingt quatre éxactement.

Avec mes treize ans et demi, la vie s'écoulait normalement pour moi, je n'avais pas de choses à accomplir dans la vie publique.

Deux à trois jours par semaine j'allai travailler dans une ferme assez proche de chez nous, de ce travail je n'ai pas gardé de bons souvenirs, surtout pour la nourriture qui était plutôt négligée, il fallait faire avec puisque mes parents avaient décidé que je devais travailler dans cette exploitation.

numérisation0050.jpg

 Dans le milieu ouvrier,les grèves sont interdites...

 

Le reste du temps, la ferme familiale m'occupait avec les travaux d'entretien dans les champs , le soin aux animaux et autres corvées.

Le mardi, c'était la fabrication du beurre, il me fallait baratter la crème pendant au moins une heure pour obtenir le beurre qui était ensuite lavé à l'eau claire pompée dans le puits voisin. Fin prêt, ma mère le pesait soit en motte d'un demi kilo, un kilo ou plus suivant les commandes. Enveloppé  dans une feuille de chou bien fraîche, il était livré aux personnes des alentours, très bon et apprécié, il était vite vendu à une clientèle très fidèle.

C'est ainsi que pour moi s'écoulait la vie, le travail variait suivant les saisons.

numérisation0052.jpg

La fameuse poignée de mains de Montoire...

 

A suivre.....

22:43 Écrit par bernard chan | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

Commentaires

Bonjour Bernard

Oui, dans la vie de tous les jours, au début, il n'y eut pas trop de changement pour celles et ceux qui vivaient à la campagne. Mais ensuite, avec les restrictions, tu as bien du voir que le sucre, le café, et tous les produits importés avaient disparu.

Je me souviens que mes parents me parlaient du chocolat, des oranges et des bananes, douceurs dont je ne me souvenais plus.

Christian

Écrit par : Christian | 05/07/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique