logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/05/2012

AU DEBUT DU SIECLE DERNIER EN COTENTIN

 

 

LA VIE D'UN FILS D'OUVRIER AGRICOLE


 

 



numérisation0020.jpg

 


UNE CHANGEMENT DE VIE AGREABLE

chapitre dix huit

Dans ce nouveau milieu nous allons connaître une nouvelle vie jusqu'alors inconnue de nous avec une ambiance que nous ignorions.

 

Cela commence par la maison, avec son grand logement, nous disposons maintenant d'une chambre pour nous les garçons, une chambre pour les filles, mes parents ayant leur chambre au rez de chaussée. Un cabinet de toilette à l'étage, sans eau courante, un broc servant au transport de l'eau. Les WC sont à l'extérieur et l'eau potable se trouve à l'arrière de la maison avec une pompe à balancier pour la tirer.

Nouveau pour nous, le courant électrique que nous découvrons avec plaisir, dans chaque pièce une ampoule remplace avantageusement la lampe à pétrole à laquelle nous étions habitués. Je ne me souviens pas si à notre arrivée existait des pr

numérisation0023.jpg

ises de courant. Je ne le pense pas, d'ailleurs cela n'aurai

servi à rien, n'ayant pas d'appareils ménagers à y brancher.

La cheminée de la pièce servait à la préparationumérisation0017.jpgn de la cuisine, et pour le repassage, les fers chauffaient dans l'âtre. Là, rien n'avait changé.

 

A l'extérieur de la maison, un grand bâtiment avec étables, pressoir, cellier, une grange et en bout deux petites pièces servant de réserve. Au dessus de tout cela deux grands greniers pour le stockage du foin pour les animaux.

 

Un peu à l'écart, une petite porcherie et un poulailler qui nous servaient à élever le cochon, les poules, canards et oies pour la consommation familiale.

 

Dans le village, une bonne dizaine de maisons, la plupart habitées par les cheminots : mécaniciens, chauffeurs, lampistes et autres corps de métiers travaillant à la gare, au dépôt et à la voirie.

 

Près de notre demeure, un atelier de réparation de vélos, avec un petit magasin de vente de vélos "la Perle" avec des coureurs locaux courant sous cette marque.

 

Dans ce même village, une petite ferme avec une quinzaine de vaches et dont certaines terres jouxtanumérisation0019.jpgient celles de mes parents.

 

Le contact avec les voisins s'est établi assez vite. La route nous séparait d'un couple sans enfants, lui était chauffeur au dépôt de la gare, et sa femme restait à la maison.

 

Au bout de notre jardin habitait un autre couple sans enfant, lui était mécanicien. Chez eux, une nièce qu'ils avaient recueillie, elle sera une de nos premières camarades de classe.

 

Un peu plus bas de la côte, à une cinquantaine de mètres du coté opposé, habitait un taupier, "le père Leblanc". Sur des planches adossées sur la façade de sa maison des peaux de taupes et autres vermines séchaient au soleil. L'ensemble dégageait des odeurs peu agréables. Son "chien de garde", un renard attaché à la chaîne n'appréciait guère d'avoir perdu sa liberté. Dans sa cour, un bric à brac de toutes sortes de récupérations dignes d'un brocanteur.

 

Ayant des horaires bien définis, les ouvriers chemnumérisation0022.jpginots avaient du temps libre avec leurs jours de repos, ainsi chacun ou presque entretenait un jardin potager, partageant souvent les légumes, échanges qui entretenaient les liens d'amitié.

 

La ferme de mes parents s'étendait sur neuf hectares de terrain, près de le moitié attenant à la ferme, quelques prés se trouvaient un peu plus loin, tandis qu'un autre assez grand se situait à un très bon kilomètre.

 

Nous étions à vingt minutes à pied du quartier de la gare où se trouvaient de nombreux commerces très suffisants pour notre ravitaillement en nourriture.

 

Ces quelques jours de vacances dus au déménagement sont finis, il va nous falloir reprendre le chemin de l'école, là encore un univers nouveau qui allait s'ouvrir à nous.

 

A suivre ..........

 


Commentaires

Bonjour Bernard

Je n'ai pas compris si tes parents étaient propriétaires de cette exploitation agricole de neuf hectares ou s'ils étaient les métayers. Que le jardin, le poulailler, la soue du cochon soit vôtre, c'est classique, mais les terres ???

En tout cas, c'est une vie apparemment bien plus agréable que l'ancienne qui s'annonce

Bonne fin de semaine.

Christian

Écrit par : Christian | 11/05/2012

Christian,bonjour

Mes parents étaient locataires de la ferme et des terres payant régulièrement un loyer.Bail renouvelable tous les 3 ,6, ou 9 ans;

Écrit par : bernard | 11/05/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique