logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/02/2012

SOUVENIRS D'UNE BANLIEUSARDE

  RENDONS A CESAR CE QUI EST A CESAR

Chaque semaine je viens sur le blog pour vous conter "le vie d'un fils d'ouvrier agricole", la vie de mon compagnon Bernard qui prendra 85 ans au mois de juillet prochain.

Je ne suis pas l'auteure des textes, je les transcrits seulement sur l'ordi.

L'auteur c'est Bernard, et je dois vous dire que moi aussi je me délecte de ses récits, d'autant plus qu'il a su préserver photos et documents.numérisation0026.jpg

En ce qui me concerne, je n'ai pas eu la même vie. Je suis née en 1942 sous les bombardements à Gennevilliers en banlieue parisienne. (Je vous raconterai les premières trois premières année de ma vie un autre jour).

Je suis une fille d'ouvrier,  et la paix retrouvée j'ai eu une enfance heureuse, nous n'avions certe pas grand chose, mais nous savions ce que voulait dire partager, et bien que non croyants mes parents nous inculqué le respect de chacun.

Le fait aussi d'habiter une ville dirigée par une majorité communiste a beaucoup contribué à notre épanouissement.

Il n'y avait pas de différences ni de favoritisme à l'école.

Nous avions la possibilité de faire du sport le jeudi.

Il y avait les colonies de vacances (Cormont, Gnumérisation0003.jpgranville..)

Et surtout le dispensaire où nous pouvions nous soigner à moindre frais.

Dans notre classe, il y avait des "Mohamed, Ahmed, Boudjema, Chemla .." c'est seulement aujourd'hui que je réalise que leurs pères venaient du Maroc, d'Algérie ou d'ailleurs. A cette époque personne ne faisait la différence, nous étions tous Français et Gennevillois.

              Bon j'arrête pour aujourd'hui.

                                                          A bientôt....

 

 

21:43 Écrit par bernard chan dans Souvenirs de jeunesse | Tags : colonies, école, sport | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer

Commentaires

Bonjour Jacqueline

Que ce soit dans une banlieue communiste ou dans une ville de province, j'avoue ne pas avoir senti moi aussi de différence entre les fils d'italiens et nous. Il n'y a que la disparition brutale d'un de mes meilleurs copains en 43 ou 44 (j'avais 8 ans) et l'interdiction de demander des nouvelles faite par mes parents qui m'a ouvert les yeux 20 ans plus tard, quand j'ai soudainement réalisé qu'il était juif et qu'il avait du être raflé...

Puis, après la guerre, j'avais des copains gitans à Marseille, qui campaient derrière la gare bombardée.

Merci de prendre la plume pour raconter tes souvenirs, ce sont des biens précieux pour tous les plus jeunes qui n'ont pas connu cette époque.

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 08/02/2012

c'est bien de parler de ta vie aussi, les communistes faisaient à cette époque beaucoup de choses pour le monde ouvrier et ceux qui n'étaient pas membre de l'Eglise catholique avaient ainsi droit eux aussi aux colonies et autres facilités pour s'épanouir ...les eclaireurs de france étaient aussi un beau mouvement laïc de jeunesse .
C'est vrai qu'à cette époque on ne faisait aucune difference entre les gens car les pères de famille Hamed Angelo ou Robert, suaient ensemble à l'usine ...je crois que c'est le manque de travail pour chacun et la montée de certaines ideologies qui ont fait tort a cette belle entente . Je ne me souviens pas d'avoir vue Malika l'amie de maman voilée une seule fois , mais certaines de ses petites filles se voilent !
bises

Écrit par : josette | 10/02/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique