logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/01/2012

DEBUT DU VINGTIEME SIECLE EN COTENTIN

LA VIE D'UN FILS D'OUVRIER AGRICOLE

 numérisation0068.jpg

 MES PREMIERS PAS DANS LA VIE

 

 

 

Chapitre trois

 

Dans ce village assez éloigné du bourg, mes parents habitaient une petite maison de deux pièces; une servant de cuisine et de salle de séjour, l'autre était la chambre à coucher où dormait toute la famille.

Le sol était en terre battue, où l'on faisait des trous pour jouer aux billes, avec les conséquences que cela pouvait nous valoir de la part de notre mère;

Dans la pièce à vivre, la cheminée, seul feu pour cuire les repas et chauffer la maison. L'hiver nous y mettions des briques à chauffer, que nnumérisation0064.jpgous glissions dans le lit pour nous réchauffer. Dans celle-ci, étaient mis à fumer: jambons, saucisses, andouilles préparés lors du sacrifice du cochon élevé pour nourrir la famille. Les autres morceaux de viande allaient dans le "pot à lard", récipient en grès. Ceux-ci étaient conservés dans la saumure. Au gré des besoins, on en retirait un morceau, "le lard salé" souvent cuit avec pommes de terre, carottes et navets. Ce plat apparaissait au moins une fois par semaine sur la table.

La viande de boucherie entrait rarement chez nous.

Cette cheminée servait aussi à fumer "les gendarmes", harengs dessalés, qui le plus souvent étaient mis à sécher sur la façade des maisons, fixés par la queue. La préparation terminée, ils rejoignaient la cheminée pour une quinzaine de jours. Grillés sur la braise, ils étaient servis nature ou en vinaigrette. J'appréciai ce poisson qu'on appelait plat du pauvre.

Le dimanche, chez beaucoup de familles était servie "la courée" de porc ou de veau, c'est à dire: les poumons, le coeur, la langue de l'animal auquel on ajoutait un morceau de mamelle de vache souvent donné par le boucher. Ce plat était cuisiné en ragoût ou façon pot au feu.

Comme éclairage, une lampe à pétrole avec laquelle nous allions d'une pièce à l'autre. Le soir pour vaquer aux différents travaux, nous prenions une lanterne "tempête" que nous tenions à la main.

Près de chez nous, des personnes âgées s'éclairaient à la bougie.numérisation0067.jpg

C'est de là que j'ai fais mes premiers pas vers l'école, j'avais six ans.

Avant ces premiers temps vers la vie réelle, un ou deux souvenirs que j'ai gardé en mémoire: par une journée très froide, chez le fermier voisin, mes parents ramassaient des pommes à tâche. Ma mère m'avait installé au pied du pommier bien emmitouflé, quand la fermière m'a apporté un gros "bourdelot" tout chaud, j'avais deux ou trois ans.

Autre souvenir, lors d'une fenaison, dans le pré, une mare alimentée par un ruisseau, presque asséchée, au fond des truites vite attrapées. J'ai eu la charge de les rapporter à la maison dans un panier à salade. Leurs queues passaient au travers du grillage et me chatouillaient les mollets.

A l'école où j'ai appris le B.A. BA de la lecture en épelant les mots pour former les phrases.

En calcul, c'est avec des bûchettes que nous apprenions à compter, celles-ci étaient assemblées par dix, les dizaines. Une bûchetnumérisation0069.jpgte beaucoup plus grosse représentait les centaines. Ces bûchettes étaient fabriquées par nous-mêmes.Lorsque j'ai grandi, en nous rendant à l'école, nous allions sur les talus couper des branches bien droites avec des couteaux que nous avions en permanence dans nos poches. A l'école, tronçonnées en bouts d'environ dix centimètres, elles étaient prêtes pour servir.

Dans la classe, le maître assis derrière son bureau nous surveillait, une longue tige de bambou à portée de main pour rappeler à l'ordre les indisciplinés.

Avec sa blouse grise et sa casquette qu'il ne quittait jamais, je vois toujours son air sévère.

Les élèves étaient en blouses, avec quand même une petite différence, les enfants des familles aisées portaient une blouse fermant devant. Moi-même et de nombreux camarades, nous avions une blouse noire beaucoup moins chère qui fermait derrière.

Mais, ne s'arrêtaient pas là les inégalités, je vous en parlerai dans un prochain récit.

                          A suivre .......

Commentaires

Bonsoir Bernard

Tu es mon aîné de 10 ans et je n'ai pas connu les rigueurs de ton enfance, même si les souvenirs de la guerre de 29 - 45 sont bien vivaces.

Je viens de parcourir les pages de tes notes, dont les commentaires sont fermés jusqu'à celle ci.

Tu donnes une bonne leçon de modestie à bien des enfants d'aujourd'hui qui ne peuvent imaginer un instant ce qu'était la vie rurale dans les années 30. Si j'ai été ouvrier agricole, ce le fût brièvement, pendant des vacances et non comme une profession.

Aujourd'hui, en voyant la longère fleuri que tu occupes, on peut mesurer le chemin parcouru depuis ton grand père ! Toutes mes félicitations, à la fois pour la ténacité que cela suppose, et pour le plaisir que tu donnes à ceux qui passent devant ta maison

Cordialement

Christian

Écrit par : Christian | 18/01/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique